« Tirer des plans sur la comète, et faire l’amour les fenêtres ouvertes. »

Aujourd’hui j’inaugure la rubrique Coup de coeur en vous parlant musique. Et pour être exacte, avec un article sur ≠ FAUVE. Est-il encore besoin de les présenter ?

Je me souviens du jour où je les ai découverts. Un ami avait mis leur logo en photo de couverture sur son compte Facebook, accompagné du texte de Blizzard. J’ai trouvé ce texte absolument magnifique, poignant. Je suis tombée amoureuse de ces mots. Depuis je le suis toujours.

8964b14dba9ebbe36afd9f300de57e2f_large

A première vue, on pourrait penser qu’il s’agit d’un énième groupe. Mais en fait, ≠ FAUVE est bien plus que ça. Derrière les cinq membres qui montent sur scène, il y a tout un collectif. C’est un peu comme une grande famille. Il y a chez ≠ FAUVE un côté humain, intime, que je n’avais jamais vu chez d’autres artistes musicaux. Ils font tout eux-mêmes. Quand j’ai commandé leur premier fanzine, je me souviens que je m’attendais à recevoir un colis bien impersonnel type Colissimo, avec mon adresse sur une étiquette. Du coup, ça m’a beaucoup touché quand j’ai reçu une enveloppe avec mon adresse manuscrite, et un petit logo ≠ tellement discret qu’au début je ne l’ai même pas vu (et je me suis demandé qui m’écrivait). A l’intérieur, avec le fanzine, il y avait un bracelet et quelques stickers.

 

0e402e063c929e01832eb5b7a6acf247

 

≠ FAUVE, c’est aussi et surtout des textes uniques, forts et puissants. Ils ont commencé à écrire pour eux, pour vider leur sac et panser leurs blessures. Une sorte de thérapie par l’écriture. Aujourd’hui, ils sont un peu les thérapeutes de leurs fans. C’est comme ça en tout cas que je les décrirais : mes thérapeutes par la parole, ceux qui appuient là où ça fait mal pour que ça aille mieux ensuite.

Quand on les écoute, on a ce sentiment d’être plongé au coeur d’un journal intime. C’est poignant, ça prend à la gorge, ça fout des frissons et les larmes aux yeux. On en ressort pas indemne, mais on en ressort un peu plus fort.

Publicités

2 réflexions sur “« Tirer des plans sur la comète, et faire l’amour les fenêtres ouvertes. »

  1. J’avais quelques préjugés je dois bien l’admettre et j’ai mis du temps avant d’écouter… Puis, j’ai eu un coup de coeur pour la musique, d’abord. Puis les paroles, ensuite. Depuis, l’album tourne assez souvent, je dois le dire …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s