Aider en libérant la parole, l’action de Polyvalence-MP

Après l’interview d’Elvis, une nouvelle rencontre d’un tout autre genre. Tan gère Polyvalence-MP, un recueil en ligne de « témoignages en prose, en vers et en images, qui disent les violences que l’on refuse d’entendre et les souffrances que l’on refuse de voir. »
Je vous avais déjà partagé mon propre témoignage, et aujourd’hui j’ai eu envie d’aller plus loin en vous présentant, à travers quelques questions que j’ai posé à Tan, le site dans son ensemble, ses enjeux, et l’importance qu’il a pour de nombreuses personnes.

(NB : les photos qui illustrent cet article sont certaines de mes illustrations pour des témoignages. Le lien du témoignage apparaît en légende. Si vous souhaitez illustrer vous aussi, n’hésitez pas à contacter Tan.)

http://www.polyvalence-mp.com/lhistoire-de-mes-viols/
http://www.polyvalence-mp.com/lhistoire-de-mes-viols/

Salut salut ! Est-ce que tu peux te présenter en quelques phrases ?


Oui, je m’appelle Tan, je vis à Paris, je fais des études de sexologie et je travaille dans une association féministe que je préfère ne pas nommer, pour ne pas tout mélanger.

 

Parle-nous de Polyvalence-MP. Comment t’est venue l’idée de créer le site ? Comment ça s’est passé, concrètement ?

 

J’ai écrit un texte un jour, je voulais qu’il soit lu. J’avais peur des conséquences, parce que j’étais dans une situation compliquée. Je me suis dit que je n’étais sûrement pas la seule dans ce cas, j’ai demandé à mes copines si elles avaient des choses à dire, et elles en avaient.

J’ai rassemblé ces quelques témoignages dans l’optique de faire une expo avec une amie photographe, et puis finalement j’ai reçu plein plein de textes alors j’ai crée un blog avec l’aide de cette amie justement.
J’ai reçu des dizaines de textes de personnes que je ne connaissais pas, tout a fonctionné par réseaux, le réseau anarcha-féministe au début, et puis ensuite, je ne sais pas, c’est allé assez vite, j’ai même rencontré des gens qui me demandaient si je connaissais mon propre blog J.

On n’avait pas assez de photos pour tous les textes, alors j’ai lancé un appel à participation pour recevoir des illustrations. J’ai reçu plein de superbes images et l’une des artistes m’a aidée à créer un premier fanzine (j’ai gardé le nom de fanzine, maintenant je devrais peut-être les appeler « livrets » ou « carnets » ; enfin bon, peu importe). J’ai crée un premier groupe de travail. Toutes les personnes qui voulaient aider pouvaient le faire, en fonction de leur temps, leurs compétences, leur envie, etc. Moi je suis nulle pour tous les trucs graphiques, on s’est réparti les tâches, il y avait des illustratrices, des correctrices, et puis bien sûr les auteures. J’ai reçu plusieurs centaines de textes au final, donc j’ai décidé de faire un site Internet, avec l’aide de mon amie photographe. Elle a monté le site et j’ai fait à peu près tout le reste, à raison de plusieurs heures par jour pendant un an. J’ai crée un nouveau groupe de travail, qui fonctionne encore aujourd’hui, et on avance bien. Si on est efficaces, et qu’on en a envie, on peut publier plus de dix nouveaux fanzines.

 

http://www.polyvalence-mp.com/une-jeune-fille-cassee/
http://www.polyvalence-mp.com/une-jeune-fille-cassee/

Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur les fanzines et leur importance ?


Il y a cinq fanzines, qui regroupent 80 témoignages et 80 illustrations. Ils sont disponibles en version pdf sur le site. Tu peux aussi les acheter dans quelques librairies et/ou en m’envoyant un message via la rubrique « contact » du site. Le lot des cinq fanzines coûte 25e. Chaque auteur-e et chaque illustrateur-ice a donné son accord pour cette publication papier, que j’ai pu imprimer grâce à une cagnotte dans laquelle je mets ensuite l’argent récolté, pour la suite ou pour aider des projets, juste retour des choses.
Les fanzines sont importants parce qu’ils offrent un nouvel accès aux témoignages, ce sont des objets, ils ne sont pas virtuels. Ils peuvent circuler physiquement, passer de mains en mains, être consultés, prêtés, donnés. Ils peuvent aussi être achetés, et leur achat est un acte militant parce qu’il soutient un projet militant : les fanzines sont des objets militants.

Si tu devais faire un bilan de cette « aventure » : plutôt positif ? Qu’est-ce qu’il reste à faire, à améliorer ? Et du coup, qu’est-ce que tu souhaites pour la suite à Polyvalence-MP ?


Oui c’est positif, même si la plupart des témoignages sont douloureux. Je reçois des retours très encourageants de la part des personnes qui les ont écrits : elles me remercient de leur avoir permis d’être lues, entendues, et c’est tout ce que je voulais, comme au moment où je n’osais pas publier mon texte à moi.
Aujourd’hui le site recueille toujours des témoignages sur les violences sexistes, puisque c’est sa marque de fabrique, mais aussi, plus largement, sur le corps, les corps, la sexualité, les sexualités, et puis sur les sujets qu’ont envie d’aborder les personnes qui me contactent.
J’ai aussi ouvert le site à des publications plus réflexives, des études, des analyses… Et pourquoi pas, des articles à plusieurs. Tout le monde peut participer.

Ce site s’appelle Polyvalence parce qu’il rassemble une multitude de talents, et pas seulement des histoires de vie difficile(s). Le –mp, c’est pour « mon pote », mais c’est une autre histoire J.

Pour la suite, je souhaite à Polyvalence-mp de continuer à aider les gens en libérant la parole et en ouvrant les esprits.

 

http://www.polyvalence-mp.com/parce-que-je-ne-compte-pas/
http://www.polyvalence-mp.com/parce-que-je-ne-compte-pas/

Est-ce que tu as eu des retours de la part de personnes qui ont témoigné ? Qu’est-ce que ça leur a apporté ?

 

Oui, j’ai énormément de retours, à peu près tous positifs. J’ai reçu quelques critiques, j’ai essayé d’y répondre au mieux quand je les trouvais constructives, j’ai un peu laissé tomber quand je les trouvais agressives. Les critiques ne proviennent pas de personnes ayant témoigné. En tout cas jusqu’à maintenant.

Je ne peux pas dire ce que PMP a apporté aux personnes qui ont témoigné sans parler à leur place, mais si je fais un résumé des retours que j’ai eus avec mes mots à moi, ça donne : « merci » et « encore ».

J’aimerais bien recevoir des témoignages sur les témoignages, sur leur impact et sur l’impact du site. En fait j’en reçois plein, mais ils sont privés, et il y en a juste un qui m’a été envoyé pour être publié. Il est sur le site.

Parfois en introduction de texte, une petite phrase raconte comment l’idée d’écrire est venue…

 

On va terminer en parlant un peu des illustrations, parce qu’elles sont vraiment importantes, et malheureusement beaucoup de témoignages en manquent encore. En quoi sont-elles essentielles ?
Oui, parlons-en ! Je cherche des illustrations en permanence. Je mets quotidiennement à jour une page sur le site qui liste tous les textes sans illus. Je diffuse le lien de cette page sur les réseaux sociaux et je reçois des propositions d’illustrations absolument magnifiques.
Tout le monde n’est pas à l’aise à l’écrit. Je prends toujours le temps d’aider celles et ceux qui ont besoin de soutien pour travailler leur texte, mais il y a aussi des gens qui préfèrent participer autrement. Avec des images.

Ces images permettent de faire vivre le témoignage qu’elles accompagnent. Quand tu lis un texte un peu intense – et ils le sont souvent – tu as besoin de quelques instants pour t’en remettre, et c’est à la fin du texte que je place l’illustration, elle sert de piste d’atterrissage, mais aussi de révélateur de couleur. Le témoignage prend tout son sens avec son illu.
Et puis c’est assez émouvant de se dire qu’une personne a lu un texte, l’a choisi et a décidé de l’illustrer. J’envoie toujours l’illustration à l’auteur-e du texte, qui est souvent touché-e que son témoignage ait été choisi, pris en compte, écouté en somme, encore une fois 🙂

http://www.polyvalence-mp.com/survivre/
http://www.polyvalence-mp.com/survivre/

Si à votre tour vous souhaitez témoigner, ou illustrer les témoignages, contactez Tan sur le site (http://polyvalence-mp.com) ou la page Facebook (http://facebook.com/polyvalencemp)
Et n’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires ! 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Aider en libérant la parole, l’action de Polyvalence-MP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s