Top 10 des techniques de drague sur Internet

Récemment, je me suis inscrite sur Tinder. Adopte Un Mec me lassait un peu, j’en avais marre que tous les mecs cools soient à l’autre bout du monde de la France, et puis je voulais aussi avoir la possibilité de rencontrer des filles (bah ouais, je suis bisexuelle !)
Quelques matchs et quelques discussions plus tard, j’ai repensé à mon article sur les catégories masculines croisées dans le supermarché de l’amour (ou du sexe, au choix). Parce que bon, finalement, ce n’est pas si différent sur Tinder. Je suis tombée sur de tels cas que j’ai commencé à faire des captures d’écran pour les partager avec ma meilleure amie.
Et puis je me suis dit que j’allais aussi les partager avec vous. Après la typologie des hommes croisés sur Adopte Un Mec, voici donc le top 10 des meilleures techniques de drague de ces messieurs, Adopte et Tinder confondus !

(NB : les captures d’écran d’Adopte se lisent du bas vers le haut.)

Lire la suite « Top 10 des techniques de drague sur Internet »

Mon corps m’appartient

« Parce que oui, on peut être fier de son corps, et oui, on peut le montrer.
Parce que non, on n’a pas à accepter de remarques dégradantes sur notre image, parce qu’on a osé la montrer. »

C’est sur ces mots que s’ouvre Mon Corps m’appartient, la galerie de bodypositivy créée par Pauline il y a un an. Ce Tumblr prône l’amour et le respect du corps humain, et en particulier de son propre corps.

(NB : toutes les parties en italique sont des extraits de l’article de Pauline, exceptée la dernière –mais qui est quand même une citation de Pauline-)

Lire la suite « Mon corps m’appartient »

Je ne suis pas Charlie

Article écrit le jeudi 7 janvier 2015, publié avec un peu de retard.

Dans l’avion en direction de Dublin. Je me coupe pour quelques heures d’Internet, et de l’incroyable climat anxiogène  qui y règne depuis hier matin. J’en profite pour poser quelques mots sur ce que je ressens face aux évènements. Je vais tenter de m’exprimer clairement, en espérant que vous compreniez mon point de vue.

Depuis hier, j’ai vu fleurir de partout sur les réseaux sociaux le désormais célèbre #JeSuisCharlie. Ca a commencé sur Twitter, ça s’est poursuivi sur Facebook, et j’ai été (très naïvement, je le reconnais) surprise de voir apparaître dans mon fil de lectures WordPress autant d’articles qui reprenaient le hashtag et l’image qui l’accompagne.

A mesure que le message tournait et s’amplifiait, d’autres ont fait leur apparition : #NousSommesTousCharlie, « 12 morts mais 66 millions de blessés », et enfin, #JeNeSuisPasCharlie. C’est dans ces derniers mots que je me suis reconnue. Je ne suis pas Charlie, je refuse de l’être. Je refuse d’être associée au hashtag #NousSommesTousCharlie, je refuse d’être comptée dans les soi-disant 66 millions de blessés.

10917038_769501819765647_990782067131917313_n

Lire la suite « Je ne suis pas Charlie »

Typologie des hommes rencontrés sur Adopte un Mec

Après ma dernière rupture, il y a deux mois et demi, j’ai décidé de m’inscrire sur Adopte Un Mec. Ca m’avait déjà traversé l’esprit il y a quelques temps, sans que je le fasse. Là, j’ai franchi le pas. Motivée au début par la peur de la solitude, le site de rencontres a eu le mérite d’occuper mes nombreuses heures en tête à tête avec mon écran. Deux mois et demi, 500 visites et 34 rencontres virtuelles plus tard, j’ai envie de faire le point sur les hommes que j’y ai croisés, et de vous le faire partager.
Typologie des hommes rencontrés sur Adopte Un Mec, donc.

(NB : pour les non-habitués du site, les captures d’écran des conversations se lisent du bas vers le haut.)

Coucou, c'est moi !
Coucou, c’est moi !

Lire la suite « Typologie des hommes rencontrés sur Adopte un Mec »

Ces clichés sur les bisexuels qui m’énervent

Tout le monde est un peu bi. Indiscutable vérité générale, puisque l’espèce humaine est bi. Ou peut-être que c’est juste une impression donnée par le fait qu’être bi est le grand truc à la mode en ce moment. Mais il ne faut pas oublier qu’être bi, c’est avant tout une phase où l’on se cherche, où on doute de sa sexualité. Histoire de dépasser rapidement cette période troublante, sachez que le plus simple est de tester pour savoir (autrement dit, de faire crac-crac avec une personne du même sexe pour vous si vous aimez ça). Ca tombe bien, vous trouverez facilement un(e) partenaire pour faire le test, puisque les bi ont deux fois plus de choix que les autres (quels chanceux !), et en plus ils aiment les plans à trois. D’ailleurs, il faut être bi pour aimer les plans à trois, parce que c’est lié à une sexualité débordante et débridée propre à cette orientation sexuelle « entre deux ». Du coup, les bi ont la chance de pouvoir avoir une meuf et un mec en même temps, sans qu’il n’y ait d’histoire de tromperie là-dedans. S’ils n’ont qu’un seul partenaire, c’est qu’ils alternent entre hétérosexualité et homosexualité en fonction du genre de leur partenaire. Mais de toutes façons, il ne faut pas s’enfermer dans une case.

Ca vous semble exagéré, voire même tiré par les cheveux ? C’est normal, cette introduction ironique est une compilation de onze clichés sur les bisexuels. Reprenons les un par un.
(NB : cet article est destiné à déconstruire les clichés sur les bisexuels, et s’adresse particulièrement aux personnes qui véhiculent ces clichés. Dans un souci de compréhension pour ces personnes, souvent non sensibilisées aux différentes formes de sexualité et de genre, j’ai choisi de ne pas aborder la pansexualité et autres formes de sexualité, ni les personnes non-binaires, et je m’en excuse.)

Numéro 13 dans Dr House, un des rares personnages bisexuels dans les sériés télé.
Numéro 13 dans Dr House, un des rares personnages bisexuels dans les sériés télé.

Lire la suite « Ces clichés sur les bisexuels qui m’énervent »